L’après Covid-19, un virage délicat à négocier


Même si la pandémie bat encore son plein dans le monde, il n’en demeure pas moins que plusieurs pays dont le Maroc réfléchissent déjà à l’après-Covid-19.

Dans le royaume, les opérateurs et les fédérations de chaque secteur commencent déjà à dresser quelques scénarios de relance. Pour les experts, le Maroc, après le confinement, va entamer une période très délicate en raison des multiples difficultés des entreprises liées au confinement, et il faudra savoir négocier le virage. « Plus ce confinement durera, et plus cela impactera la demande, et par conséquent le chiffre d’affaires des entreprises aussi. Aujourd’hui, il y a des paramètres que nous ne maîtrisons pas, et dans le même temps il y a tellement de paramètres qui peuvent changer en l’espace de quelques jours seulement. Mais, ce qui est évident, c’est que si le confinement dure longtemps, cela impactera fortement la suite en 2020 et même en 2021 », souligne Amine Diouri, Directeur Etudes & Communications et responsable du programme Dun Trade Maroc au cabinet Inforisk.

Selon lui, le confinement fait peser un risque de faillite supplémentaire des entreprises avec toutes les conséquences sociales que cela va entrainer et l’Etat devra gérer tout cela. « La préoccupation principale des entreprises aujourd’hui est de pouvoir payer les salaires. Toutefois, les mesures mises en place par le gouvernement et par les banques répondent à ces préoccupations. Les reports de crédits, les mesures fiscales, Damane Oxygène, et les autres mesures prises permettront d’absorber le choc. Le fonds Covid-19 permettra d’allouer des aides aux différents agents économiques touchés, et notamment les TPE pour leur permettre de compenser les pertes accumulées pendant la période de confinement », fait remarquer Amine Diouri, ajoutant aussi que l’Etat a toutefois  des ressources limitées.


Tagged under:

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.