DP: 60% des entreprises seraient concernées par la sanction


La TPE, 1ère victime avec des délais clients de 212 jours en 2018… Et 1ère victime également des défaillances d’entreprises ! C’est ce qui se dégage de la récente étude de Inforisk sur les délais de paiement.

Sur un échantillon de 32.400 entreprises, le spécialiste du renseignement commercial sur les sociétés marocaines et maghrébines Inforisk a mené une enquête riche d’enseignements sur les délais de paiement. 79% de l’échantillon sont des TPE. 6.230 sont des PME et 560 sont des GE. Elles représentent plusieurs secteurs (Agriculture, pêche, industries extractives, industries manufacturières, éducation…).

En analysant l’évolution des délais de paiement des TPE, on note une dégradation de la situation des TPE. Le solde net « Délais clients-Délais fournisseurs » a progressé de 18 jours sur la période 2017-2018.

La situation des PME s’est par contre légèrement améliorée en baissant de 3 jours. Idem, la situation des Grandes entreprises (GE) s’est améliorée avec un solde net en retrait de 2 jours sur la même période.

Tels qu’analysés par Inforisk, les chiffres annoncés ci-dessus montrent que la TPE est la catégorie d’entreprises qui souffre le plus. En cause : des délais de paiement qui s’allongent inexorablement : des délais clients qui ont augmenté de plus de 24 jours entre 2017 et 2018 pour atteindre 212 jours (7 mois). Ajoutons à cela, le faible pouvoir de négociation des TPE qui n’ont pas pu répercuter la hausse importante des délais clients sur leurs fournisseurs.

Chez les PME, on remarque comme annoncé une baisse des délais clients PME. Entre 2017 et 2018, les délais clients ont régressé de 3 jours pour atteindre 113 jours. Depuis 2011, il est constaté que les délais clients n’ont augmenté que de 20 jours. Entre 2017 et 2018, les délais fournisseurs sont restés stables à 104 jours.

La situation chez les GE est différente. Elle est payée plus tôt par ses clients sans pour autant qu’elle paie tôt ses propres fournisseurs. Inforisk constate même que depuis 2011, l’écart entre les délais fournisseurs et les délais clients s’est creusé avec des paiements fournisseurs plus tardifs chez les GE.

Délais de paiement public vs privé

Les délais déclarés par le secteur public à fin septembre 2019 sont de 49 jours pour les Etablissements et Entreprises publiques (EEP), 39 jours pour l’administration centrale et 44 jours pour les Collectivités locales. Ces chiffres sont considérés par les entreprises privées travaillant avec le Public comme irréels.

Concernant les délais de paiement des sociétés privées relevés en 2018, ils sont de 212 jours chez les TPE, 113 jours chez les PME et de 88 jours en ce qui concerne les GE. D’après Inforisk, il s’agit de délais de paiement privés très longs pour la TPE et qui se dégradent dans le temps. « La véritable problématique des délais de paiement se situe dans des relations commerciales entre sociétés privées : 392 Mds de DH de crédit interentreprises privés-privés », explique le spécialiste de renseignement commercial. Et d’ajouter : « On constate clairement que la TPE est la catégorie qui souffre le plus de l’allongement des délais de paiement ». Le crédit interentreprises représente 35% du PIB.

Globalement, le crédit interentreprises a baissé entre 2017 et 2018 de 23 Mds de DH. Cette baisse résulte de la conjugaison de deux éléments : la mise en place de l’opération de remboursement de crédit de TVA par l’Etat et l’amélioration des délais de paiement publics. Toujours est-il que la TPE, catégorie la plus fragile, ne bénéficie pas de cette baisse.

Inforisk constate que cette amélioration a profité essentiellement aux PME de plus de 50 MDH de chiffres d’affaires et aux GE. Les TPE et PME de moins de 50 MDH de CA, n’ont pas suffisamment profité de cette aubaine.

Quid de la loi 49-15 ?

Seulement 28% des entreprises respectent le cadre de la loi 49-15 et respectent les 90 jours maximaux de délais de paiement. Autrement dit, 72% des sociétés marocaines sont en dehors de la loi sur les délais de paiement.

« Si un système de sanctions devait demain voir le jour pour les entreprises dépassant 120 jours de délais de paiement, cela concernerait 60% des sociétés marocaines », note la même source.

A noter également que depuis 2013, l’encours du crédit interentreprises progresse à un rythme supérieur à l’encours bancaire aux sociétés de financement privé.

Tout ce qui précède montre le lien de corrélation existant entre délais de paiement et défaillances d’entreprises. Chiffres à l’appui : 40% des défaillances sont engendrées par des retards de paiement. L’allongement des délais de paiement est considéré comme étant la 1ère cause de mortalité des entreprises.

Pour remédier un tant soit peu à cette problématique endémique, Inforisk propose le Dun Trade, une autre approche des délais de paiement. Il s’agit d’un programme d’échange et de partage d’informations sur le comportement de paiement des clients des entreprises adhérentes.


Tagged under:

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.